Le petit Florian.

Publié le par Lila

Dans mes articles précédents,  je vous raconte que je vais à des séances de médiumnité publique pour y avoir des messages car " les cordonniers ne sont pas toujours les mieux chaussés ". Mais aussi pour l’atmosphère qu'il s'en dégage car voyez-vous je n'ai pas toujours un message. Non, parfois j'y vais juste pour l'égrégore que la foule et les défunts fabrique, elle est si forte si chargée d'Amour dans un lieu que l'on pourrait croire si triste et pourtant.... toute la beauté de nos âmes rayonne, les barrières sociales ne sont plus présentes, nous sommes tous là pour une seule et même raison : parler avec l'au-delà.

Une année avant cette séance, je dois vous raconter une autre histoire car elles sont liées. Ma fille se liait d’amitié à la maternelle avec une autre petite fille. A mon tour, je sympathisais avec sa maman. Les années s'écoulent, nos filles sont a l'école primaire, mon amie donne naissance à un petit garçon  : Florian. Malgré un accouchement difficile, prématuré (7 mois) suivie d'une hémorragie, l'enfant s'en sort bien et sa maman aussi. Une année s'écoule, je reçois un appel téléphonique de mon amie me demandant si il m'est possible de garder Florian chez moi pour la nuit. Je suis ennuyée de devoir refuser  étant de nature serviable  ayant un rendez-vous très tôt le lendemain matin.  De plus, elle ne m'avais jamais demandé aucun service par le passé.Compréhensive, elle se met à la recherche d'une nouvelle baby-sitter. Le lendemain dans l'après-midi mon téléphone sonne, mon amie en pleurs, hoquetant : " Florian est mort cette nuit... Arrêt respiratoire..".

LE CHOC ! Je suis bien évidement dans le partage du chagrin et abasourdie car je réalise que si je n'avais pas eu ce rendez-vous, cet enfant serait décédé chez moi avec toutes les conséquences que cela comporte ! La vérité est que je ne m'en serais jamais remise...!

Me voici donc un an plus tard à cette séance médiumnique loin de me douter de ce qui allait se produire. Le médium a un message " Un enfant il a un an cela parle a quelqu'un ? " personne ne lève la main. Il enchaîne " Il se prénomme Florian ". Bah mince alors ! Je lève timidement la main.

" Il dit que vous devez transmettre le message suivant a sa maman : je n'ai pas souffert ma mort a était douce j'ai traversé un bel arc-en-ciel, on s’occupe bien de moi ici, je suis avec la famille comme à la maison (..) " .

Et d'autres choses personnelles qui n'appartiennent qu'à lui et sa famille, j'aurais même droit à un petit mot à mon attention qui me fera rire et qui s’avérera très juste.

De retour chez moi, cette mission me hante. Comment annoncer cela a mon amie qui ne sait rien de ma " double vie " ? J'oscille entre décevoir un défunt et décevoir un vivant ! Quel dilemme, quel risque ! Après deux heures de réflexions, j'en arrive à la conclusion qu'après tout si il m'a chargé de cette mission c'est qu'il sait ce qu'il fait ! Bon tant pis ! Je prends le risque ! Si je réfléchis trop longtemps, je ne ferais rien ! Je compose le numéro ça sonne, je n'en mène pas large, je tremble, mon cœur bat la chamade... Elle décroche et là je ne la laisse pas parler, je dis tout d'une traite sinon le courage va me lâcher. Silence... Puis un pleure... Pleure de quoi ?! Je suis accrochée de toutes mes forces au combiné puis j'entends : "Merci, merci... si tu savais combien cela me fait du bien".

OUFFF !! Je pleure aussi.

Merci Florian pour ta confiance....

Le petit Florian.

Commenter cet article

jean-marie 04/12/2015 21:55

Magnifique.

Muse 19/04/2014 15:06

Très beau témoignage, comme quoi là haut ils savent si on est prêt à recevoir nos messages, merci Lila pour ce partage.

jah 19/04/2014 12:19

histoire très touchante..merci du partage...