Le médium à incorporation.

Publié le par Lila

  Le médium à incorporation est celui qui accepte l’emprise complète d’un esprit. Contrairement à l'obsession l'incorporation est volontaire et non subie. Il n'en reste pas moins que l’exercice peut s'avérer dangereux pour un médium pour qui n'y est pas exercé Il existe des cas de personnes s'étant bêtement amusées lors de séances de tables tournantes à invoquer des esprits, lesquels, très rarement sympathiques surtout s'ils viennent de l’infra-monde, se sont vite empressés de rendre complètement fous ces apprentis médiums qui ne s'en sont jamais remis, même après un long séjour en hôpital psychiatrique…

  Néanmoins, dans certaines communautés religieuses asiatiques ou latino-américaines, très régulièrement les chamans "entrent en communication", en transe intégrale, par le biais de séances de "possession-incorporation". Généralement effectuées par un groupe d'initiés et d’assistants très aguerris, ces séances publiques permettent de dialoguer directement avec des entités ou des "divinités locales", elles font partie intégrante de la tradition de ces peuples qui n'ont jamais perdu, contrairement à l'occident, l’ensemble des liens avec les autres sphères des mondes supérieurs et inférieurs.

 

   L’association entre les fluides ne peut êtres effectués et n’est réalisable que si il y a compatibilité vibratoire donc uniquement si les aspirations médiumniques correspondent où alors ce sont les Esprits qui produiront le fluide qui permettra la liaison entre l’entité incarné et le désincarné.

 

  Pour incorporer un Esprit, le médium apte à ce genre de phénomène entre dans un sommeil magnétique, provoqué par l’Esprit, qui permet à son corps fluidique, appelé aussi périsprit, de s’extérioriser, se dégageant ainsi partiellement de son corps charnel. L’Esprit qui désire se communiquer peut alors momentanément emprunter les organes du médium. Le souvenir qu’aura le médium de ce qu’il aura dit ou fait est en raison inverse à son degré de dégagement, lui-même dépendant de la profondeur du sommeil magnétique. La médiumnité à incorporation présente deux extrêmes possibles : lorsque le sommeil magnétique est profond, le périsprit du médium est peu extériorisé, le médium « reçoit » alors l’Esprit qui veut se communiquer ; leurs fluides se pénètrent, les deux pensées et les deux volontés se confondent et l’Esprit peut alors se servir du corps du médium. Dans ce cas, l’influence du médium n’est pas négligeable, il est une gêne pour le communiquant et il faut, dans des proportions variables, faire la part dans les manifestations entre la personnalité du médium et celle de l’Esprit. Le médium, toujours présent lors de la communication, aura le souvenir plus ou moins vague de ce qu’il aura dit. A l’opposé, l’esprit du médium peut se dégager totalement de son corps charnel. Cette séparation n’est toutefois jamais complète : un lien invisible, appelé « corde d’argent » rattache l’âme à son enveloppe, lien qui ne peut être brisé qu’à la mort de l’individu. Un Esprit peut alors se substituer dans le corps du médium, momentanément abandonné. L’esprit du médium est toujours rattaché par la « corde d’argent » qui le rappelle naturellement à son corps, lien qui s’est formé dès l’incarnation et qui ne peut ni être brisé par un Esprit, ni être substitué. Cette médiumnité présente l’avantage d’annihiler l’influence du médium dans la communication puisque celui-ci n’est plus présent : il n’aura d’ailleurs aucun souvenir à son réveil de ce qu’il aura dit ou fait. En revanche, cette médiumnité peut présenter un risque pour la santé du médium si celui-ci est la proie d’Esprits obsesseurs. Bien que ceux-ci ne peuvent prendre possession de son corps d’une manière définitive, ils peuvent provoquer des crises en essayant de supplanter temporairement leur volonté à celle du médium si celui-ci n’a pas la volonté suffisante pour les chasser. Ces crises peuvent plonger le médium dans un état de fatigue, voir même de prostration.  L’exemple du cas de Mlle Julie, publié dans l’Obsession d’Allan Kardec et réédité dans la Revue Spirite n° 40.

LES MÉDIUMS A INCORPORATION INDIRECTE

 Sont ceux dont les Esprits utilisent l'instrument corporel de l'extérieur, c'est-à-dire qu'ils utilisent le périsprit du médium qui, bien que dégagé, conserve des liens vitaux avec les centres nerveux de son corps. 
C'est une sorte d'incorporation indirecte. L'Esprit transforme ses pensées en paroles, c'est pour cela que les médiums à incorporation indirecte doivent posséder une solide instruction et un confortable bagage de connaissances qui feront du périsprit utilisé un relais, un instrument de retransmission de la pensée des Esprits aussi fidèle que possible. 
Dans cet ordre d'idées, on peut comparer l'Esprit à un musicien qui jouerait une œuvre musicale soit en se servant d'un instrument perfectionné donc capable de rendre parfaitement toutes les nuances de la sensibilité, soit en se servant d'un instrument rudimentaire qui ne peut former que quelques notes. C'est ainsi que dans ce genre d'incorporation, l'on retrouve souvent les mots favoris du médium, et cela est normal puisque la communication passe par son bagage intellectuel. 

 

 LES MÉDIUMS A INCORPORATION DIRECTE

 Pour bien comprendre le problème de l'incorporation, il faut considérer que l'homme dans la vie terrestre est avant tout un Esprit qui utilise un élément organique pour communiquer avec ses semblables. 
Donc le principe de l'incorporation réside dans le fait que l'esprit du médium, momentanément dégagé de son corps, va permettre à un autre Esprit du monde spirite d'utiliser cet organisme pour ainsi dire à demi ou au trois quart selon les cas, afin de se communiquer aux humains. L'incorporation directe est celle que les Esprits préfèrent et qu'ils emploient lorsque cela est possible.
L'Esprit communicant dégage avec toutes les précautions adéquates l'esprit du médium de son corps. 
C'est-à-dire qu'il prend directement possession des centres nerveux de l'organisme avec son propre périsprit.
De ce fait pour communiquer sa pensée, l'Esprit communiquant n'a plus besoin d'utiliser le bagage intellectuel du médium, donc n'est plus tributaire d'une insuffisance de moyens d'expression toujours possible. 
Il est impératif si l'on veut éviter de graves accidents, de laisser agir les Esprits-guides sur le médium, en s'abstenant de toute intervention magnétique humaine.

Luiz Antonio Alencastro Gasparetto est un célèbre médium peintre brésilien. Il a réalisé, en état de transe, plusieurs milliers de toiles caractérisés par le style et la signature d'un artiste disparu.

Médecins Du Ciel,Médecins De La Terre.

Médecins Du Ciel,Médecins De La Terre.

Dans ce reportage il est question de deux guérisseurs spirites, le médium à incorporation Nelson Teixeira da Cunha (ami de Chico Xavier) qui travail avec l'Esprit du Dr. Hansen... et João de Deus médium à incorporation qui incorpore pas moins de 30 Esprits guérisseurs. Des millions de personnes sont passés par leurs mains, et des milliers de visiteurs viennent chaque jour, en quête de guérison spirituelle. PS: Quelques passages de Divaldo Franco qui explique brièvement ce qu'est le Spiritisme codifié par Allan Kardec. Réalisation du reportage: Jean-Yves Bilien - Source : http://lenouveaumonde.skyforum.net Retrouvez toutes les vidéos sur les capacités de l'âme incarnée sur UFOmotion : http://ufomotion.xyz/Documentaires-OV...

Publié dans médiumnité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article