Les plans spirituels d'un médium.

Publié le par Lila

  Lorsqu'il perçoit en lui-même les symptômes de la médiumnité, le médium doit prendre l'initiative de l'exercer si tel est son désir.Un médium n'est pas différent des autres humains, il s'est incarné pour apprendre et évoluer. Il doit rechercher sans cesse les plans supérieurs, avoir des intentions nobles. 

  Dans sa vie privée, le médium doit s'efforcer d'être cohérent avec l'idéal de foi auquel il adhère. Le médium ne doit pas se faire moralisateur ni faire étalage de fausses vertus. Le médium qui s'enorgueillit de sa faculté médiumnique finit par l'annuler. Le médium qui se vante de ses facultés pour se mettre en évidence est au service de lui-même et non de l'idéal auquel il adhère. Il évitera par conséquent les conversations inutiles ou tout autre comportement négatif. Se consacrer à la médiumnité signifie accepter une vie différente. Le médium indiscipliné mentalement ne s'élèvera pas au niveau vibratoire et et ne captera que la "zone de conflit des idées humaines. Plus la pensée du médium s'élève moins il subira d'interférence. Pourquoi je dis "moins" et non "pas du tout" parce qu'il y a tout un tas d'esprits malsains et d'incarnés qui oeuvrent pour le mal et sont là pour vous tenter de vous empêcher de faire le bien.

   Le médium présomptueux se retrouve souvent victime d'Esprits enjôleurs qui le ridiculisent. Les médiums qui manquent de sérieux à l’égard de la médiumnité peuvent voir celle-ci suspendue. Les Esprits peuvent s'éloigner petit à petit des médiums démotivés qui se permettent de tomber dans une routine ennuyeuse et n'offrent plus une réceptivité idéale. Il existe des médiums qui ne savent que se lamenter de leurs problèmes et de leurs luttes et qui se cristallisent dans des plaintes stériles. Que ce soit clair une fois pour toutes ! Sur la Terre, tout médium subit réellement des épreuves. La médiumnité est pour le médium un précieux instrument de rachat des dettes personnelles qu'il a contractées. Le médium qui se pavane au sujet de sa médiumnité ignore l'histoire de ses propres vies antérieures. Aussi développé que puisse être le médium dans ce monde, sa médiumnité restera primitive en comparaison avec les possibilités infinies que lui réserve l'avenir. Conscient de sa petitesse, le médium triomphera dans l'accomplissement des devoirs qui lui incombent.

  La discrétion :

  Le médium doit cultiver autant que possible la discrétion en ce qui concerne la médiumnité. Il évitera de parler de lui et de mentionner ses dons médiumniques. Il ne fuira pas le témoignage de la médiumnité, mais ne cherchera pas à l’utiliser pour se valoriser ni pour atteindre des objectifs d’intérêt personnel. La médiumnité sera une source cristalline qu’il conservera intacte et ne souillera pas de la vase de ses blessures qui entourent ses berges. Si cela est inévitable, il se soumettra aux appels grossiers de la matière, mais ne permettra jamais la profanation de ses dons médiumniques. Il exercera la médiumnité sans culte de sa personne ni prétentions aucunes. Il ne vulgarisera pas le sublime en « lançant des perles aux cochons ». Il se fera respecter pour que l’on respecte la médiumnité dont il est porteur. Il se demandera s’il agit de manière inconvenante, amenant les autres à ne plus croire au lieu de les inspirer et d'avoir la foi. Pour aucune raison il ne fera sa propre propagande, croyant mériter les talents qu’il possède ou se prenant pour un Esprit d’hiérarchie supérieure venu accomplir une mission élevée parmi les humains. Le médium indiscret sera facilement victime de fascination et sujet de s'emmêler dans les filets vigoureux du personnalisme et de la vanité.

  La critique :

  Le médium qui fait preuve d'auto-critique ne craint pas la critique dont il pourrait être la cible.  Tout en respectant les opinions divergentes, le médium ne doit pas vouloir absolument convaincre les autres. Une belle faculté médiumnique est impossible sans une belle personnalité. L'unique privilège que la médiumnité confère au médium est celui de servir.  

 

  Doit-il en faire obligatoirement un métier aider les autres ?

  Pour ma part, je pense que cette capacité aide sa propre personne avant d'aider les autres, agrandir sa croissance intérieure. Il n'y a aucune obligation à aider les autres, nous disposons du libre arbitre. Evidemment, le médium  doit remplir ses obligations professionnelles pour gagner son pain quotidien. En fait, ses premières premières préoccupations seront sa famille et un travail qui lui garantit un moyen de subsistance honnête. Ainsi l'exercice de la médiumnité  n'entre pas en conflit avec les devoirs primordiaux du médium et peut même aider ce dernier dans leur accomplissement. Les esprits éclairés n'exigent pas du médium plus de temps que celui dont il dispose.  Pour ce qui est de l'argent, son ambition se limitera à ce dont il a besoin pour vivre avec dignité. Pour ce qui est de la famille, il ne la considérera pas comme incompatible avec l'exercice de la médiumnité.  Pour ce qui est du travail professionnel, il ne le laissera pas en second plan en prétextant son détachement des choses terrestres.

  La jalousie :
  Le médium débutant ne pourra pas se passer de l'aide du médium plus expérimenté. Chaque fois que cela sera possible, il lui demandera une orientation sans envier sa condition, car il comprendra que chaque médium est appelé à une tâche spécifique. Le médium qui rivalisera avec un autre médium révélera seulement son manque de préparation spirituelle et frustrera les attentes du Plan Spirituel à son égard. Quand un médium donné n'honore pas la confiance que lui témoignent les Bienfaiteurs Spirituels et rompt l'engagement qu'il avait pris avant sa venue sur la Terre, les Bienfaiteurs cherchent à se rapprocher d'un autre médium qui aura peut-être des ressources médiumniques moindres, mais qui sera plus fidèle au devoir.  Avec le temps, le médium dévoué dépassera ses limites en tant qu'instrument. Les médiums de plus longue date doivent pour leur part s'engager à accepter les nouveaux venus et à combattre en eux toute tendance à la jalousie. En fait, le médium plus expérimenté devrait même se préoccuper de collaborer à la formation médiumnique de ceux qui devront naturellement lui succéder.» Un médium quelconque ignorera la hiérarchie du respect. Les médiums jaloux et envieux qui complotent contre leurs compagnons de médiumnité, mobilisant les opinions et encourageant des attitudes n'arrivent qu'a préparer leur propre échec . Tout médium doit comprendre que la médiumnité n'est pas un poste à se disputer, mais bien un travail a accomplir.

    La dépendance :

    Ne pas attendre tout des communications avec les esprits supérieures et autres défunts !  Beaucoup de médiums croient que les Esprits possèdent des pouvoirs miraculeux et qu’ils peuvent pallier toute lacune intellectuelle du médium lors de l’échange, ce qui est absurde. Les Esprits ne sont pas toujours à  la disposition des médiums, comme s’ils étaient leurs messagers particuliers ou des domestiques attentifs aux évocations qu’on leur adresse.  Comme eux, ils ont aussi des occupations dans le Monde Spirituel. ! Le médium ne se permettra pas de dépendre psychiquement d'un Esprit, quel qu'il soit. Il respectera les entités spirituelles qui se manifesteront par son entremise, tout comme il respecte les humains qu'il côtoie. Il n'idolâtrera pas les Esprits et ne consentira pas à ce que les Esprits, incarnés ou désincarnés, l'idolâtrent. Il ne transformera pas les Esprits en oracles en leur transférant du même coup l'exécution du devoir qui lui incombe. Lorsqu'il se désincarnera, le médium sera un Esprit comme les autres qui devra poursuivre les nouvelles expériences évolutives qui l'attendront. Plusieurs médiums créent une dépendance psychique indésirable envers les Esprits avec lesquels ils travaillent pendant un temps plus ou moins long. Une telle dépendance ne diffère pas beaucoup des cas d'obsession. Dans un tel cas, le médium ne peut pas exercer son discernement, exprimer son identité personnelle ni faire preuve d'indépendance dans sa pensée. Le parent n'annule pas le libre-arbitre de son enfant sous prétexte de le protéger en l'empêchant de vivre les expériences qui le concernent. . Rappelons-nous qu’aussi fort que soit l'attachement entre des coeurs qui s'aiment, la désincarnation les séparera momentanément dans le but de les unir plus tard à la lumière des sublimes conquêtes qu'ils auront effectuées individuellement dans leur empressement de se mériter pour toujours.

 

 

 

Commenter cet article