L'émouvante Agathe.

Publié le par Lila

J'ai envie de vous parler d'Agathe. Qui est Agathe ? Un esprit rencontré dans mon appartement et pourquoi parler d'elle plus qu'une autre ?! Bien tout d'abord le personnage m'a beaucoup émue par sa fragilité et sensibilité. Ensuite tout simplement parce que son récit a extrêmement enrichie mon univers intérieur et si il a enrichit le mien j'aime a penser qu'il enrichira certainement le vôtre (sourire).

Je suis depuis fort longtemps installée dans le même appartement et c'est quelques années plus tard suite à un choc émotionnel que mes capacités psychiques déjà bien présentes se révéleront pleinement (Voir l'article : "Du déni a l'acceptation " afin de mieux cerner l'état d'esprit dans lequel je me trouvais à cette période cliquez ici : Du déni à l'acceptation ). A cette époque n'ayant pas conscience de tout cela, je posais un pied pour la première fois dans ma chambre lorsque une image surgit à mon esprit. Je vis une jeune femme brune pendue au lustre (il faut savoir que ce fameux objet est d'époque, une ancienne maison bourgeoise construite en 1913, informations que je n'apprendrais que bien des années plus tard.). Sur le coup après une telle visualisation macabre, je me disais que je ne tournais pas rond et décidé d'oublier. Je résistais, les années s'écoulèrent, n'effaçant pas malgré tout le malaise perceptible voir pesant de cette pièce.

Puis vint le temps de l'acceptation de mes capacités... J'avais toujours aussi ressentis de nombreuses présences dans le couloir collectif extérieur ne me gênant pas vraiment mais malgré tout parfois me mettant un peu mal à l'aise en me sentant espionnée avec une insistance sournoise a chacun de mes passages. Jusqu'au jour ou ce fut carrément plus qu'angoissant ! J'étais allongée dans mon lit, la pièce étant en contigu avec le couloir, j'entendais de lourds pas faire grincer le parquet flottant. "Un voisin" me dis-je... Mais les pas continuaient a effectuer un va et vient inquiétant durant dix bonnes minutes sur mon palier. C'est pourquoi la boule au ventre je décidais d'aller voir ce qui se tramait. J'ouvrais la porte, armée d'une poêle à frire ( rigolaient pas hein !). Là, les pas cessaient, personne à l'horizon ! Je retournais au lit, plus aucun bruit, je m'endormais. Les jours qui suivaient les faits se reproduisaient avec en prime un aspect vraiment encore moins rassurant. Effectivement , du sentiment d'angoisse j'étais passée à " je me sens vraiment en danger " à chaque passage dans ce couloir. N'en pouvant plus, la situation affectant ma santé, je requérais l'aide de mon ami JM (Pour savoir qui est JM se référait a cet article : Témoignage de mon ami JM partie un). Celui-ci vint et constatait la présence d'une cheminée tellurique négative (Je ne me lancerais pas dans l'explication car elle est très vaste et vous invite a vous documenter sur le sujet, c'est très intéressant.). Il fallait donc fermer ce portail, ce que JM faisait en programmant aussi en posant quelques pierres adéquates aux endroits stratégiques et j'en ressentais dès le lendemain les effets bénéfiques. L'atmosphère était redevenue saine.

En parallèle, une présence elle se faisait ressentir dans ma chambre sans être désagréable pour autant. Elle était si présente que je l'a situé au niveau du lustre. De plus,  je dors dans une mezzanine perchée donc a quelques mètres du plafond ! Au bout d'une semaine un peu refroidie par l'aventure " cheminée tellurique", je décides de virer ce lustre et le dépose dans la rue. Quand j'y songe...  j'ai peut-être rendue un collectionneur riche vu l'ancienneté du truc ! ( rires !). J'avais pensé que j'irais mieux mais la présence ne partait pas ! Enfin au bout d'une semaine, la mémoire de l'image quelques années auparavant de cette femme pendue au plafond resurgissait à mon esprit m'aidant ainsi à faire le rapprochement avec les événements. Je comprenais que je devais prendre contact avec jeune femme afin que la situation évolue. Une chose un peu effrayante a faire vu le contexte de la scène qu'elle semblait me montrer !

Je prenais mon courage a deux mains et commençait à prendre contact avec elle, la réponse ne se faisait pas attendre, elle était là et avait envie de dialoguer. Ainsi, elle me racontait une partie de son histoire liée à cette maison. Elle s'appelait Agathe était orpheline, arrivée dans cette maison a 15 ans en tant que domestique. La pièce qui était ma chambre avait était la sienne ainsi que deux autres femmes employaient au même titre qu'elle. Agathe me les montrait tout en me décrivant leurs caractères. La plus âgée environ la cinquantaine était la plus ancienne avec un tempérament très autoritaire, méchante. La seconde plus jeune la quarantaine était assez fade sans personnalité, en gros la fayote de la plus âgée. Et toute deux menait la vie bien rude a Agathe. Et elle me fit une révélation encore plus surprenante en me disant qu'une des menaces que je ressentais à mon égard dans ce couloir provenait de la domestique plus âgée ! Effectivement elle ne supportait pas qu'Agathe se réfugie chez moi, elle ne pouvant y pénétrer ! Je posais la question :

"- Pourquoi ne peut- elle pas pénétrer chez moi ?

- Elle ne peut pas car l'accès à ton appartement est très bien protégé de toutes influences négatives.

- Et toi pourquoi tu peux venir ?

- Je le peux car mes intentions ne sont pas mauvaises à ton égard, au contraire je viens chez toi chercher du réconfort. J'aime ce que tu es et tes prières me font beaucoup de bien, m'apaise et me rassure....

Silence quelques instant puis elle reprend timidement :

- Tu as vu ma mort, je me suis suicidée, pendue à l'âge de dix huit ans...

- Pourquoi ?

- A l'approche de la guerre 39/45, il fallait agrandir la maison afin de pouvoir loger plus de personnes dont nous ne faisions pas partie. On nous a donc demandait de partir. J'étais désespérée... Je n'avais pas de famille chez qui me réfugier, pas un ami, plus de travail à l'horizon avec cette guerre. Alors je n'ai plus voulu continuer à vivre .

- Pourquoi es tu encore en ces lieux ?

-Je te l'ai dis, je ne sais pas où aller.

- Mais Agathe dis-moi si je déménage vas tu me suivre ?

- Je ne peux pas.

- Pourquoi ?

- J'ai peur de l'inconnue.

 Je la rassure lui expliquant qu'il existe un autre lieu plein d'Amour, qu'elle doit être certainement attendue par de nombreux parents, amis dont elles ne se souvient plus et qu'elle serait si heureuse là bas plutôt qu'ici, etc... Je n'insiste pas lourdement, le message est passé, je la sens troublée. Je la quitte sans rien dire, la laissant à sa réflexion intérieure.

Durant a peu près trois mois, je continuais mon quotidien, je sentais encore parfois Agathe à mes côtés mais cette fois là avec amusement et joie. Puis un jour alors que je ne m'y attendais pas, j'étais sur le canapé a regarder la télé, c'est pour dire ! J'ai vu une image d'elle enveloppée d'une belle lumière me regardant souriante et me dire :  " Je m'en vais, je suis décidée même si j'ai un peu peur, je suis si fière de vaincre ma peur. Merci ".

Merci Agathe.

Ps : Par la suite, je suis allée aux archives municipales et une bonne partie des informations données sur cette ancienne maison bourgeoise par Agathe ont put être confirmées.

Commenter cet article